Fermer

ARCHIVES | Cinéma

28/01/11 Tron : l’héritage

5

Kevin Flynn revient sur les écrans hexagonaux ce mercredi 9 février 2011 et comme la majorité des héros de notre enfance ayant eu droit à leur comeback ces derniers mois il a pris moult rides et se coltine un mouflet dont les incisives feraient pâlir de jalousie le mieux fourni des castors. A ces menus détails près, rien de bien nouveau sur la carte mère mais il est des plaisirs que l’on ne boude pas et Tron l’Héritage pourrait bien en faire partie.

(Lire la suite…)

27/01/11 WE WANT SEX .. EQUALITY

65

Une histoire vraie
Le film présenté aujourd’hui conte l’histoire véridique d’un soulèvement de 187 couturières de housses de sièges des usines Ford survenu à Dagenham ; banlieue Est de Londres. Payées 15% de moins que des ouvriers non qualifiés alors que leur travail exige de réelles compétences, ces femmes ont décidés de faire grève; Nous sommes alors en Juin 1968 et c’est une première dans l’histoire de l’Angleterre..

(Lire la suite…)

09/01/11 Et vogue la galère…

9

Il y a dans chaque épisode du Monde de Narnia un attrait comparable à celui d’un pot de Nutella sur l’étagère de votre cuisine. Vous savez pertinemment que ce n’est rien de plus qu’une cochonnerie hyper-calorique et bourrée d’huile de palme, mais le goût de reviens-y est bien souvent le plus fort. Inutile de se voiler la face, Narnia, c’est du Nutella : une énième adaptation de conte pour enfants n’ayant trouvé le chemin des studios que dans le sillage de licences soudain bankable. Mais l’annonce d’un nouvel épisode ne laisse jamais vraiment indifférent. A moins bien sûr que vous ne soyez totalement insensibles à la fantasy, auquel cas vous pouvez fermer cet onglet ou retourner sur la page précédente et ouvrir l’(excellent) article sur l’event Gillette…

(Lire la suite…)

27/10/10 Je n’ai pas besoin d’amis

25

Jesse Eisenberg dans The Social Network

Dire que The Social Network était attendu au tournant est un doux euphémisme.

Dès son annonce le film s’est vu réservé un accueil “a priori” défavorable, le nom de Fincher lui étant associé ne rassurant pas, bien au contraire. Ce choix étonnant du réalisateur de Zodiac, Se7en et Fight Club, lui conférait l’aura d’un film de commande, censé rattraper l’échec commercial de Benjamin Button. Le premier teaser, hermétique, apparu sur la toile il y a quelques mois, ne fit rien pour apaiser les consciences. Il fallut attendre la bande annonce, maintes fois plagiée, pour qu’émerge d’une masse de scepticisme l’interrogation timide : “Y aurait-il matière à un bon film ?”…

(Lire la suite…)

Remonter en haut de page